Des questions ? Contactez-nous au 04 94 38 74 04 ou par mail

Rechercher

Quelles modifications apporte la nouvelle règlementation bio?

Dans la réglementation qui s’applique dans toute l’Europe depuis le 1er janvier 2009, les principes fondamentaux de la bio sont préservés : rotation des cultures, lutte biologique, bien-être animal, interdiction d’employer des pesticides chimiques de synthèse et des engrais chimiques, interdiction d’utiliser des OGM, système de contrôle indépendant à tous les niveaux, du producteur au distributeur.

Plusieurs nouveaux points positifs sont à noter. Ainsi, des produits comme le vin, ceux issus de l’aquaculture, de même que les levures bénéficieront désormais de la labellisation bio. 

Mais si l’essentiel est sauf, plusieurs points sont inacceptables :
Parce qu’ils savent que la contamination des plantes non transgéniques par les OGM est techniquement inévitable, les ministres européens de l’agriculture ont décidé de tolérer dans le nouveau règlement bio une pollution transgénique jusqu’à 0,9 % des produits. commercialisés.

Avec 86 % des consommateurs français qui estiment que pas d’OGM signifie zéro OGM dans les produits qu’ils consomment, il est urgent, pour la survie de l’agriculture biologique
d'interdire les cultures transgéniques en plein champ et de poursuivre les recherches sur les OGM uniquement en laboratoire.

Le nouveau règlement interdit aux pays européens qui le souhaitent d’être plus exigeants que la réglementation (c’était jusqu’à fin 2008 le cas du règlement bio français pour l’élevage). Par contre, il les autorise dorénavant à tolérer des pratiques exceptionnelles moins exigeantes (par exemple, mixité bio non-bio dans les fermes, semences non bio, nonobligation de « lien au sol » pour les volailles et les porcs). Ce qui génère des risques et introduit un manque de transparence pour les consommateurs.

article extrait du site www.intelligenceverte.org